Jean-Louis Peyraut

Vice-président

Jean-louis, Norbert, Vincent PEYRAUT est né en 1948, et sa conception doit ( plus ou moins …) intervenir avec le moment où le général Twining rédigeait son fameux mémorandum à destination de son adjoint, le général Schulgen !… Rien dès lors de surprenant qu’il retrouve les soucoupes volantes en 1955 , par l’intermédiaire du réseau du Rail français, la communauté des cheminots de la SNCF . Cet enracinement culturel sera renforcé par la passion qu’il éprouvera pour l’Astronomie et l’Astronautique , formant un « triangle » dont les points formeront l’axe de sa Connaissance !…
Il se tiendra toujours informé des nouvelles de l’Ufologie au long de ses études puis de sa vie professionnelle : d’abord par son adhésion philosophique au mouvement des «magiciens » , le « Réalisme Fantastique » de la « bande » au magazine « Planète » , qui bousculait les partis pris des savoirs institutionnels ; ensuite en mettant son expérience de reporter-photographe au service de la recherche des ovnis.
Cette recherche l’amènera à l’affaire de Cergy-Pontoise, qu’il va explorer en profondeur comme membre du groupe « Control » , mais aussi comme président du GAU ( Groupement Aubois d’Ufologie) !… Il publie des articles scientifiques ( sur l’ufologie, notamment) dans
divers journaux et magazines ( principalement , le quotidien départemental Libération- Champagne ) , ainsi que « Science & Vie », « Sciences & Avenir », « la ligne bleue survolée ? », « Ovni Présence » …. Son expérience associative est riche aussi , participant au réseau «sos-ovni » ainsi qu’au «CNEGU » ; il sera pendant 15 ans le secrétaire général de son club d’astronomie d’amateur . C’est d’ailleurs au cours d’une soirée d’observation des étoiles ( en 1980 ) que sa connaissance culturelle des ovnis va se consolider par le spectacle d’un mystérieux satellite , son « rendez-vous avec Rama » personnel, comme il l’intitulera par la suite !… Ce suivi orbital d’un « chevalier noir » ( expression de l’époque, se référant à l’étrange satellite détecté par la NASA vers 1964 et jamais identifié ..) lui confirme l’existence pratique d’un phénomène d’origine exogène dans l’atmosphère et parfois au sol !…
Cette base objective et son parcours « amateur » comme astronome et journaliste, et professionnel en tant qu’archiviste, lui ont permis de participer à la vie d’une communauté ufologique toujours en formation et militer à ce qu’elle reçoive un meilleur accueil au sein de l’évolution sociale actuelle .